SUEZ

NON Projet INCINERATEUR & New avis MRAe : Collectif SI-LCSL (Stop Incinérateur La Chapelle Saint-Luc) attend future EP !!!

Le Collectif SI-LCSL (Stop Incinérateur La Chapelle Saint-Luc)

soutenu par AURA Environnement

est prêt pour la nouvelle enquête publique sur le projet

d'incinérateur porté par Valaubia dans l'Aube !

Bdm 031Le président antispéciste d'AURA Environnement

Marc-Claude de PORTEBANE, ici à Roche-la-Molière (42)

CONTRE le projet de prolongation de la décharge SUEZ

Merdivet 010

Après un premier avis remis en septembre 2017 et annulé par un arrêt du Conseil d’Etat, la MRAE (Mission Régionale d'Autorité Environnementale Grand-Est) a rendu le 17/01/2018, un nouvel avis nettement plus nuancé sur le projet d’incinérateur à La Chapelle Saint-Luc dans l’Aube, en mettant en relief un certain nombre de zones d’ombres.

Toutes les enquêtes publiques dont l'AE (avis de l'autorité environnementale) a été signé par le préfet de région et préfet de département en 2017 doivent donc être dans le collimateur des associations environnementales qui ont obligation de les faire annuler au tribunal administratif.

Dans l'Aube, l'exploitant Valaubia a préféré éviter de prendre du retard en annulant fissa 3 jours avant la fin de l'enquête publique qui devait se terminer le 13/01/2017.

En effet, le Collectif SI-LCSL (Stop Incinérateur La Chapelle Saint-Luc) soutenu par AURA Environnement avait attiré l'attention du commissaire enquêteur sur la note technique du ministère de l'Ecologie adressée aux préfets de région qui avait pour objet de leur indiquer les conséquences à tirer de cet arrêt du conseil d'Etat pour les projets relevant jusqu'à présent de la compétence d'autorité environnementale du préfet de région.

Même si, désormais le nouvel avis de la MRAe fait foi, celui-ci est susceptible d'être attaqué au TA par AURA Environnement puisque le ministère de Nicolas HULOT n'a pas encore dit son dernier mot de façon officielle.

Ainsi, si un nouvel arrêté préfectoral (AP) autorisant une nouvelle enquête publique (EP) est relancé maintenant par la préfecture de l'Aube, AURA Environnement ira, de facto, le contester directement devant le tribunal administratif.

Et ce sera reparti pour une nouvelle brêche pour les populations locales soutenues par les associations environnementales qui verront les effectifs de la contestation prendre un nouveau virage, cette fois un 180° national.

D'ores et déjà, AURA Environnement appelle à la mobilisation générale ses militant-es antispécistes de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux et du Collectif SI-LCSL à faire le tour des "popotes" pour guider nos sentinelles et nos commissaires politiques dans le respect de nos convictions marxistes et révolutionnaires d'opposition à la Réaction !

SEULE la mobilisation populaire aura raison de ce projet d'incinérateur porté par Valaubia et nous espérons le soutien massif de nos camarades de Zéro Waste France !

Chantal LEVEQUE

GIROUETTE ? Eric Berlivet, maire de Roche la Molière, a voté pour le projet de Suez à la CSS 2016 en tant que Vice-Pdt SEM !

Eric BERLIVET, le maire de Roche-la-Molière,

FAVORABLE projet SUEZ de Borde Matin à la CSS 2016

en tant que vice-président Saint-Etienne Métropole mais

CONTRE lors rassemblement des anti devant sa mairie !

Css bdm 1Les rouchons qui s'étaient rassemblés samedi devant la mairie de Roche-la-Molière répondant à l'appel de leur maire Eric BERLIVET contre le projet d'extension du centre d'enfouissement technique de sa commune porté par SUEZ, n'y comprennent plus rien.

Css bdm 2

En effet, lors de la CSS (Commission de suivi de sité) du 06/12/2016, BERLIVET Eric ne s'exprimant pas en tant que maire de Roche-la-Molière mais en tant que vice-président de Saint-Etienne Métropole s'est déclaré

Css bdm 3 "... à ce titre, favorable au projet - de SUEZ - dans le sens où il améliore la gestion environnementales et technique du site et la situation fiscale TGAP pour la collectivité....".

Le seul a avoir émis un avis défavorable a été le représentant de la FRAPNA Loire, notre camarade Jacky BORNE.

Stop dechets 1

Pourquoi ce virage à gauche toute dans cet appel du maire Eric Berlivet, « contre la volonté de l’État d’autoriser la poursuite de l’exploitation du centre d’enfouissement de Borde-Matin jusqu’en 2053 » dans un rassemblement qui a mobilisé plus de 300 personnes dont les militant-es écolos-marxistes d'AURA Environnement qui étaient aux côté de la sénatrice marxiste de la Loire, Cécile CUKIERMAN près du maire LR de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, Gabriel PERDRIAU ?.

 

 

 

Pôle stockage énergie VEOLIA Chatuzange-le-Goubet : AURA Environnement en phase avec futur PLU Mairie !

AURA Environnement en phase avec modif' PLU

maire de Chatuzange-le-Goubet Christian GAUTHIER

et projet prolongation/extension du pôle stockage énergie

Recyclage & Valorisation déchets de VEOLIA !

Veolchat 104

Mardi 24/10/2017, une réunion de concertation entre Christian GAUTHIER, le maire de Chatuzange-le-Goubet + sa DGS et les responsables du projet d'extension du Pôle de stockage énergie de VEOLIA (Ivan RIVAT, directeur Territoire Rhône-Alpes ONYX auvergne-Rhône-Alpes ; Aurélie SANGLE, chargée de projet à la direction technique ; Gwenaël GILANTON, directeur d'unité opérationnelle Drôme-Ardèche) avec AURA Environnement a trouvé soin point d'équilibre dans la qualité des échanges tant au niveau technique que communication sur le pôle d'ONYX-VEOLIA qui veut relever les défis environnementaux et SURTOUT énergétiques, ce qui va dans le sens du collectif CHDVC épaulé par AURA environnement.

Le pôle stockage énergie de Chatuzange-le-Goubet transforme les déchets en énergie. Il répond aux défis environnementaux d'aujourd'hui et surtout, est, en cohérence avec la LTE (Loi de transition énergétique) puisqu'il tient compte des ambitions de cette loi qui prévoit une réduction de 50 % des déchets stockés à l'échelle nationale en 2050 et une augmentation de 32 % de la production des énergies renouvelables en 2030.

Depuis de nombreuses années, ce pôle tente d'une part de s'améliorer au quotidien (ce qui n'a pas été le cas au début de son activité) et d'autre part de favoriser la recherche. Les partenariats d'ONYX-VEOLIA avec l'Université de Grenoble-Alpes-Polytech en sont le meilleur témoignage puisque sur le site de Chatuzange-le-Goubet, les outils de traitement des déchets et des eaux sont à la pointe de la technologie.

Ce pôle produit 30 000 MWh/an d'électricité, soit l'équivalent de la consommation de 22 000 habitants pour environ 9 000 foyers et une multiplication par 5 de la production d'énergie verte depuis 2010.

Soucieuse de vivre en bon voisinage avec riverains et voisinage, ce pôle d'ONYX-VEOLIA est parfaitement intégré au paysage puisqu'un talus paysager a créée un espace de biodiversité géré dans le cadre de chantiers de la Maison familiale rurale de Mondy (26). De plus, le site est fermé les jours de grands vents, les casiers comblés sont enherbés et les filets de protection évitent les envols de toutes sortes dans la nature comme cela se passe bien malheureusement sur le site de la COVED à Roussas dans le sud de la Drôme !

Sur ce pôle, les apports de déchets sont clairement identifiés puisqu'il dispose d'une capacité d'accueil de 180 000 T de déchets résiduels des entreprises, des déchets ménagers des particuliers, des encombrants et des refus de tri, cad des déchets réceptionnés dans un centre de tri, souillés, certes, mais non-recyclables.

Trafic des camions surveillé, odeurs sous contrôle.... une surveillance performante a été mise au point par ONYX-VEOLIA depuis un écran tactile avec un système de supervision qui permet de suivre et de piloter les données techniques du site. Associé à un dispositif de vidéosurveillance, il contrôle l'installation à distance, optimise son suivi en temps réel ce qui lui permet d'être un outil innovant offrant de très bonnes garanties en matière de sécurité sans oublie, cependant la présence humaine de surveillance sur le site ou non très loin à l'extérieur. Veolchat 099

Côté dialogue, AURA Environnement salue la communication démocratique de Christian GAUTHIER, le maire de Chatuzange-le-Goubet, dans la compréhension de la révision de son PLU avec ses administrés et le dialogue permanent d'ONYX-VEOLIA avec les populations locales qui sont informés par courrier des phases de travaux. Un site internet diffuse des photos régulièrement, des groupes scolaires sont accueillis très régulièrement, des journées portes ouvertes sont organisées et la CSS à laquelle le collectif CHDVC associé à AURA Environnement candidate ne relève pas d'observations particulières de destruction massive de l'environnement comme cela se fait souvent ailleurs !

A suivre, le projet de développement d'ONYX-VEOLIA dans les 20 prochaines années à Chatuzange-le-Goubet que soutiendra vraisemblablement AURA Environnement si le pôle stockage énergie s'adapte aux BESOINS TERRITORIAUX, en particulier pour traiter les déchets du nord de la Drôme, car dans la Drôme, il n'y a de la place que pour 2 centres de stockage cohérents : ONYX-VEOLIA au nord du département et SITA SUEZ à Donzère dans le sud.

Un point, c'est tout !

Pas besoin d'autorisations supplémentaires pour d'autres sites. 2 décharges, cela suffit amplement pour 1 seul département, la Drôme, qui n'a pas à vocation à devenir la Poubelle de la France !

Marc-Claude de PORTEBANE

Raisins de la colère rouge CONTRE modif" PLU Granges-Gontardes & CONTRE projet DECHARGE COVED : la mobilisation enfle !

ASSEZ de 3 décharges dans la Drôme : les populations locales

des alentours des Granges-Gontardes rejoignent massivement le CPERG

(Collectif de protection de l'environnement vers Roussas-Granges-Gontardes)

et refusent le PLU visant à modifier la zone USI du motocross

(Secteur réservé aux sports et loisirs bruyants)

pour laisser la place au projet de décharge de COVED/PAPREC !

Raisins i 013

Alors que des bruits couraient dans des bars de Grignan, de Montélimar et de Valence, les populations locales des Granges-Gontardes - tenues sans arrêt dans l'ignorance - ont été extrêmement surprises de la confirmation de la part des miltant-es du Collectif de protection de l'environnement vers Roussas-Granges-Gontardes soutenu par AURA Environnement de ce qui se tramera à l'issue de l'actuelle enquête publique de modification du PLU aux Granges-Gontardes !

Personne ne veut d'une nouvelle décharge sur la commune des Granges-Gontardes qui doit déjà récolter les puanteurs des décharges de Donzères et de Roussas !

AURA Environnement a fait une demande de transmission à la Dreal 26 d'une copie de la demande d'autorisation (DAEU) déposée par COVED/PAPREC à la préfecture de la Drôme, le 3108/2017.

Le 10/08/2017, AURA Environnement accompagnée du vigneron de Roussas, notre camarade Henri BOUR qui se bat avec honneur pour la survie de ses surfaces viticoles, se rend dans les bureaux de la COVED à Roussas, pour rencontrer son directeur de territoire Sud-Est, Olivier BERARD !

AURA Environnement, au nom du Collectif de protection de l'environnement vers Roussas-Granges-Gontarde (CPERG) a fait une demande pour participer à la CSS (Commission de Suivi de Site) de 2017. Car, en 2016, il n'y a JAMAIS eu la moindre CSS, comme ne cessait de le dénoncer AURA Environnement auprès des services de l'Etat, dans une pétition sur internet qui a recueilli plus de 20 500 signatures et adressée au président de la Commission européenne Jean-Claude JUNCKER, que nous connaissons pour ses affinités pro-environnementales et sa défense très honorable de la Cause animale. Lien : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/sauvons-chaussette-diesel-odeurs-envols-plastiques/27978 !

Un RDV est potentiellement programmé le 28/09/2017 au siège de chez COVED-Lyon (392, Rue des Mercières à Rillieux-la-Pape) avec le président d'AURA Environnement, car nous VOULONS une copie de cette demande d'autorisation déposée par COVED à la préfecture du Rhône.

Or, au jour d'aujourd'hui, COVED nous a fait savoir qu'elle nous refusait cette transmission sur notre méga clé USB, (en général ce genre de demande d'autorisation déposée par un bureau d'études comprend plus de 1 000 pages. Il nous faut au moins plus de 2 mois pour étudier tout cela.), en nous disant que nous ne l'aurions jamais, mais, uniquement - devant le fait accompli - lorsque ce dossier sera mis en ligne par les services de l'Etat, lors de la future enquête publique, et ce, début 2018 !

Il vous faut comprendre la "manip" des services de l'Etat et des exploitants de décharges : ils ne communiquent et ne veulent mettre en ligne l'immense projet de décharge uniquement pendant l'enquête publique qui dure généralement 1 mois. Ce qui veut dire, que les particuliers et les associations environnementales n'ont qu1 petit mois (alors qu'il nous faut 2 à 3 mois en temps normal pour zoomer cartes, graphiques, études d'impact, avis de l'autorité environnementale, et...) pour étudier les failles potentielles de ces dossiers réalisés par des bureaux d'études ultra expérimentés qui font, en plus, appel à des cabinets d'expertises encore plus experts dans leurs matières distinctives qui, EUX, ont bossé pendant plusieurs mois voire plusieurs années. Les associations environnementales sont donc irrémédiablement "coincées" pour comprendre les tenants et les aboutissants de ces manoeuvres anti-démocratiques en si peu de temps, et très peu vont aux enquêtes dites publiques qui ne sont que des parodies où les populations locales concernées ne vont pas. Généralement, le commissaire-enquêteur désigné par le tribunal administratif, dit Amen aux porteurs de ces décharges et fait très souvent fi des observations du public !

Wendy 006

PAS DE CELA aux GRANGES-GONTARDES !

Les envols de plastiques en 2013 de la décharge COVED

sur notre nature de ROUSSAS !!!!

Passé ce temps très court où les populations locales sont "invitées" à s'exprimer sur des sujets très souvent-techniques qu'elles ne peuvent comprendre, comme par exemple en chimie, les préfets peuvent ensuite - très souvent - prendre leur arrêté d'autorisation d'exploiter une décharge classé en ICPE. Et voilà, comment ils "baisent" les populations locales, les riverains et les associations environnementales qui n'ont plus qu'1 SEUL recours : contester l'arrêté préfectoral en question devant le tribunal administratif - à condition d'avoir un avocat qui a, comme à la chasse, du "mordant" ! Et attention : les associations environnementales - et leurs meneurs - sont sur la surveillance des RG ou d'autres "miliciens" des boîtes de surveillance de masse des populations comme au bon vieux temps de la Gestapo, car, de nos jours, il ne fait pas bon d'être un-e opposant-e - non violent-e - face à l'omerta des élu-es, de certains camarades-petits-agents de l'Etat - que nous devons protéger - et qui ne sont que des marionnettes au service de leur ministère de tutelle, car c'est à Paris que se décident les projets sur le dos des populations locales et des animaux qui doivent payer des impôts de plus en plus excessifs pour, en récompense de leur loyauté républicaine, subir ensuite des envols de plastiques dans les arbres ou respirer des odeurs infernales assez souvent constituées de dioxines et/ou de métaux lourds, pour ne pas parler de BOUM en série, comme ce fut le cas, presque jour pour jour, le 21/09/2001 avec le scandale de l'explosion d'un stock de nitrate d'amonium chez AZF à Toulouse où les services de l'Etat et l'exploitant assuraient pourtant que tout était tellement si parfait !

On en connaît l'addition : 31 morts !!!

Les dossiers d'instruction de ces DDAE, maintenant transformés en procédure unique dite DAEU, nous connaissons. C'est ce que nous avons fait il y a quelques années en Haute-Loire lorsque SUEZ a voulu implanter une décharge au-dessus du Puy-en-Velay ! Nous avons obtenu fissa le dossier de demande d'autorisation assez rapidement ce qui nous a permis de dégager SUEZ de la Haute-Loire parce que nous les défenseurs des animaux et de l'environnement, les agriculteurs, les pêcheurs, les chasseurs, les élu-es, NOUS NOUS SOMMES mobilisé-es contre un projet de décharge sur nos terres agricoles de la Haute-Loire !

Notre force et notre unité ont été la terreur de SUEZ ! Des copains avocats écologistes de Lyon nous ont assisté sans bourse délier en Haute-Loire !

Jours et nuits, nous avions des camarades qui veillaient sur le plateau du Devès ! Les bases révolutionnaires d'AURA Environnement sont nées vers Cayres dans le Velay volcanique, à 17 km du Puy-en-Velay et à 30 km de Langogne !

Alors, PAS de DAEU Messieurs de la COVED, pas de RDV à Rillieux-la-Pape ! NOUS RESISTERONS ! Inutile de nous inviter au restaurant comme vous nous l'avez suggéré, nous viendrons avec notre pain et nos vins Bio devant les grilles de votre centre de Lyon avec nos pancartes, car nous déplacerons également  la lutte médiatique sur la région de Lyon ! Les habitant-es de la région AURA (Auvergne Rhône-Alpes) doivent savoir que leurs poubelles aux odeurs infernales, surtout en plein cagnard, viendront salir nos terres viticoles des Granges-Gontardes !

Gardez vos poubelles ! Nous n'en voulons pas aux Granges-Gontardes ! Inutile de nous diviser, nous serons solidaires entre chasseurs et écolos, simples camarades et petits fonctionnaires, petits commerçants et ouvriers, partisans et résistants face à la puissance de l'argent et des petits pouvoirs locaux !

Nous avons DONC la preuve que ni les services de l'Etat (Dreal 26) et ni l'exploitant (COVED/PAPREC) ne veulent communiquer avec les populations locales des Granges-Gontardes qui doivent ABSOLUMENT protéger leur terre, leur terroir, leur tourisme, leur cadre de vie plutôt pas trop mal côté, leur identité pour que le terrain du motocross ne se transforme pas en une toute nouvelle décharge exposée au si redouté Mistral et aux vents dominants, (tantôt Nord-Ouest, tantôt Ouest-Nord) qui se rabattront de plein fouet sur un TOUT nouveau casier d'une nouvelle installation qui ne sera protégée par aucune montagne mais uniquement que par des remblais et des végétaux aussi épais qu'un fétu de paille ! 

Souvenez-vous Camarades du fameux nuage de Tchernobyl qui se serait arrêté aux SEULES frontières de Strasbourg !

C'est quand même INADMISSIBLE que le maire des Granges-Gontardes n'ait pas annoncé cette TRISTE nouvelle de projet de DECHARGE à ses concitoyens qui l'ont élu !

Devant le manque crucial d'informations sur la nature des déchets et leur provenance sur le futur terrain du motocross des Granges-Gontardes, les habitant-es sont désemparé-es !

Puisque les services de l'Etat traînent des pieds et ce nonobstant les demandes incessantes de démocratie directe du Collectif de protection de l'environnement vers Roussas-Granges-Gontarde (CPERG), les questions fusent de tous côtés : "Il y aura-t-il de l'amiante" alors que de nos jours la décharge de Roussas (CBJ2 Combe-Jaillet 2) en reçoit ? "De quels départements viendront les déchets estimés entre 75 000 T et 100 000 T" ? "Devons-nous vendre nos maisons et nos biens pour éponger les dettes de la commune des Granges-Gontardes qui s'est ruinée pour l'école ?"

Afin d'éponger les dettes de la commune des Granges-Gontardes, les élu-es ont décidé de vendre leur territoire du motocross classé en Usi (Secteur réservé aux sports et loisirs bruyants) pour que la future DECHARGE de COVED de Roussas puisse s'y installer et ce, dans le cadre de l'actuelle enquête publique de modification du PLU !!!!

Cette nouvelle décharge sera inutile et absolument pas nécessaire car la Drome possède déjà 3 décharges !!!

Camarades, venez nombreux à cette enquête publique de modification du PLU pour dire au Commissaire enquêteur, NON à la déclassification des parcelles allouées aux activités sportives, comme le très sympa motocross pour que ces zones deviennent ENSUITE une DECHARGE qui viendra se dessiner dans le paysage, (pendant au moins 20 ans), des Granges-Gontardes qui en ont assez de la proximité des décharges, de la ligne TGV, de l'autoroute, des routes diverses sillonnées à longueur de journées par les trop nombreux camions-poubelles de la Drôme, de l'Ardèche et des départements voisins qui prèfèreront souiller les terres saines et viticoles des Granges-Gontardes avec leurs couche-culottes imbibées de merde ou leurs plastiques sucrés ou salés qui seront "dégustés" par la faune sauvage qui prolifère - malheureusement - dans cette région qui a besoin de régulation !

TOUT-ES ENSEMBLE, MOBILISONS-NOUS CONTRE LE futur PROJET de DECHARGE COVED/¨PAPREC aux GRANGES-GONTARDES !

Mobilisons-nous pendant l’enquête publique !

Permanences du commissaire enquêteur en Mairie :

- Samedi 23 septembre 2017 de 09 heures à 12 heures 
- Mercredi 04 octobre 2017 de 09 heures à 12 heures 
- Jeudi 12 octobre 2017 de 16 heures à 19 heures

RESISTANCE - RESISTANCE - RESISTANCE - NO PASARAN ! EXIGEONS LA DEMISSION DU MAIRE DES GRANGES-GONTARDES !

Pour le comité central du CPERG, Marc-Claude de PORTEBANE

CoDERST 69 du 15/12/2016 prolongation ISDND NICOLLIN à Saint-Romain-en-Gal : FRAPNA 69 votera-t-elle pour 1 décharge ZERO Valorisation ?

Depuis qu'AURA Environnement a mis les pieds dans le plat, les débats font rage dans le landerneau lyonnais !

Alors que la FRAPNA 42 s'est opposée au CoDERST 42 à la décharge

de Borde-Matin dans la Loire qui incluait la valorisation....

La FRAPNA 69 votera-t-elle jeudi 15/12/2016 pour la prolongation

de la décharge archaïque ZERO Valorisation de Saint-Romain-en-Gal ?

St rom 025AURA Environnement vient d'apprendre aujourd'hui qu'Emmanuel ADLER, le titulaire de la Frapna 69 (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature. Le suppléant désigné par le préfet étant Pierre LAGAT) était "malade" et ne pouvait pas représenter cette association de défense de l'environnement au prochain CoDERST du 15/12/2016 à Lyon qui doit rendre son avis sur une énième prolongation de la décharge de Saint-Romain-en-Gal que ni le maire, ni les élu-es, ni les populations locales, ni les riverains qui ont alerté AURA Environnement ne veulent entendre parler !

Peut-être que ce sera Lydie Memosa (en charge des dossiers relatifs aux problématiques déchets et pollutions (air, sol, lumineuse, eaux et qui anime le réseau Sentinelles) qui prendra la défense des populations locales en votant "CONTRE" une énième prolongation de l'ISDND gérée par l'entreprise NICOLLIN.

St rom 049

Si la FRAPNA Rhône-Alpes votait "POUR" la énième prolongation de la décharge archaïque de Saint-Romain-en-Gal, ce serait ahurissant de constater qu'elle serait en contradiction avec son collègue de la Loire, Jacky BORNE, qui, lui (après des échanges houleux et pénibles avec le secrétaire général de la préfecture de la Loire, selon certains témoins), a voté CONTRE le projet de valorisation porté par SUEZ sur le site de Borde-Matin à Roche-la-Molière et qui incluait.... de la valorisation !

Si la FRAPNA Rhône-Alpes votait "POUR" la énième prolongation de la décharge archaïque de Saint-Romain-en-Gal dans le Rhône, ce serait scandaleux de constater qu'elle voterait POUR une décharge d'un autre âge qui ne produit même pas de l'électricité avec le biogaz !

Car la décharge archaïque de Saint-Romain-en-Gal, c'est du brûlage du biogaz en torchère avec une TGAP associée à 40 €/T car il n'y a pas de valorisation !

Il suffit de se rendre, comme l'ont fait les militant-es d'AURA Environnement dans le quartier du "Melay" à Saint-Romain-en-Gal pour se rendre compte de ce que c'est une décharge archaïque avec des odeurs pestilentielles à couper le souffle qui défigurent le parc naturel régional du Pilat !

Alors que la DDPP 69 et l'UT de la Dréal 69 commencent à nous faire de la rétention de l'information, les populations locales de Saint-Romain-en-Gal épaulées par AURA Environnement maintiendront la "pression" jusqu'à la fermeture DEFINITIVE de cette décharge dont l'Etat ne cesse d'accorder prolongation sur prolongation au mépris de l'environnement !

Si la Frapna du Rhône votait POUR une énième prolongation de la décharge archaïque de Saint-Romain-en-Gal dans le Rhône, nous irions à la déflagration totale et nous en informerions massivement les écologistes (militants et sympathisants) de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes ! Et nous n'hésiterions pas à donner un "grand coup de pied" dans le panier des ex-larges subventions accordées par l'ex-présidence QUEYRANNE - au nom du contribuable rhônalpin - et dénoncées par le nouveau président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent WAUQUIEZ, qui ne cesse de nous sortir rapports de la chambre régionale des comptes sur rapports de la chambre régionale des comptes !

Le Collectif CHUPA solidaire Contre l'ISDND de Roche-la-Molière gérée par SUEZ !

Les écologistes du collectif C.H.U.P.A solidaires

des associations opposées à l'ISDND

de Roche-la-Molière et gérée par SUEZ !

Plusieurs militant-es écolos-marxistes du Collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" (C.H.U.P.A) sont venus ce week-end....

Mont 032.....lors de la Foire agricole et du Forum des associations au stade Beaulieu.....

Mont 003......apporter leur soutien à leurs camarades des associations locales opposées à ce qu'ils dénomment une "décharge" mais en fait un centre de stockage de déchets situé à Borde-Matin à Roche-la-Molière et qui est une installation classée au titre d’Installation de stockage des déchets non-dangereux (ISDND).

Mont 006 2 jpg aL'occasion également de saluer nos camarades, le député PS de la circonscription, Régis JUANICO (à l'extrême gauche de la photo) et les conseillers départementaux Arlette BERNARD (Saint-Etienne 3) et Pierrick COURBON (Saint-Etienne 3).